VENDARGUES : 2e et 3e journées de la Main d’Or

Dimanche, la règle de trois

Briscard de Rambier-Cavallini, excellent combattant, à la poursuite de Youssef Zekraoui.

3e round de la Main d’Or dominé par trois taureaux – Briançon, Briscard et Rouveau – entraînés par le trio blanc Rassir, Fouque, Zékraoui. Voilà ce que l’on peut dire à l’issue de cette course où les autres taureaux ne sont pas passés inaperçus chacun dans leur propre style, tout comme pour les hommes où chacun a fait selon ses moyens en ce début de saison.

Briançon (Rhône, N.950).- Sans ignorer la droite, il est plus présent à gauche en appuyant, tête basse ses trajectoires qui, au fil du temps, deviennent serrées. Légère coupe de l’espace, changements de terrain en font un bon premier.6 Carmen plus retour, ficelles intactes.

Almir (Bon, N.047).- Vulnérable, moins de 2 minutes et place aux ficelles. Positionné, sa forte volonté s’est manifestée dans 10 brillantes minutes. 2 Carmen plus rentrée.

Mi-Gato (Felix, N.129).- Un temps de flottement, puis posé, il réplique dans de jolies longueurs. Vif il retient les hommes. A la 9e, Fouque anticipé ne peut toucher la tête. Des sauts pour rien (4) mais aussi dans l’élan après Rassir (2) pour 6 fois les honneurs retour inclus.

Muguet (Rouquette, N.222).- Avec irrégularité, il peut montrer de l’intérêt sur le site comme le lâcher prématurément pour gagner l’opposé de la piste. A mi-course, se reprend et là, quand l’homme est à sa portée, la réaction prend de l’intensité comme après Laurier, Fouque, Zekraoui et Rassir où l’arrivée est engagée. Rentre une ficelle avec la musique entendue 4 fois pendant.

Briscard (Cavallini-Rambier, N.152).-Vite (2’) les pompons s’envolent en enchaînements ramenés au fil des barrières. Aux ficelles, d’un calme de chez calme, ses départs se font sèchement et les arrivées aux planches, une quinzaine après Zekraoui (3), Rassir (5), Fouque (6) et Laurier, engagées. Le disque tourne (8 fois) pendant sa course et au retour porteur d’une ficelle.

Rouveau (Ricard, N.046).- 2’ de présence sans relâche puis l’activité blanche s’amoindrit quelques instants avant de repartir de plus belle. Les engagements aux planches s’enchaînent, une dizaine dont certains avec sauts. Même éprouvé, il répond et fait le spectacle sous l’air de Bizet qui résonne 9 fois tout comme à sa rentrée avec une ficelle.

Fier (Nicollin, N.351).- Entier classique tant par son comportement cul aux planches que ses réactions accélérées, au fil des reprises, il fait ce qu’on lui demande. Mais pour un septième…

CYRIL
PHOTOS CHRISTIAN ITIER

Entrée  : ¾ d’arène. Organisateur : CT La Muleta. Présidence : M. Moucadel. Raseteurs droitiers : Félix (sort au 2nd), Fouque, Laurier, Gauchers : Rassir, Zekraoui, Meric, Sabde, Allam. Tourneurs : Lopez, Daniel, Guyon, Perez (sort au 2nd). Fait marquant : Un second gland, non primé n’est pas annoncé alors qu’il a été levé avec la cocarde.

Samedi, la Main verte

Fourcaten – Castell, duo bien en vue en ce samedi.

Six taureaux de 7 ans ou moins, sur les sept de cette 2e journée de la Main d’Or, cela offre une après-midi « vert espoir » et des découvertes intéressantes notamment Fourcaten de la manade Boch. Tristan Castell est le plus en vue côté blancs où chacun cherche ses marques en ce début de saison. Saluons le retour d’Ilias Benafitou.

Il fallait un taureau expérimenté pour débuter, c’est Ventoux(Cuillé, N.719) qui s’y colle. Il mène les débats à sa guise, utilise toute la piste le long des barrières, pour des actions poussées jusqu’au ras. Envoie les banes à la rencontre et rentre aisément ses ficelles. 3 Carmen et retour.

Peï d’Abreu (Guillierme, N.214).- Changement de profil avec ce « Poisson d’avril », sauteur invétéré, certes, mais aussi, quand il se place en quelques occasions, concluant après de chaudes poursuites (Castell, Benhammou, 2 Carmen). A revoir.

Simba (Lagarde, N.203).- Remuant, il chasse et peut conclure cornes pointées. Raseté en mouvement et pour cause, il tape droit en conclusion. Quand il est placé, montre du caractère et de la méchanceté, plus quelques sauts par surprise. Reste vigilant et déjoue les départs. Castell est le plus assidu mais le 2e gland reste en place. 4 Carmen et retour.

Joyko (Les Termes, N.213).- Malgré son jeune âge, il a l’habitude des jeux de la piste. Hyper rapide et d’une vaillance totale, il est un partenaire parfait. Poursuit avec franchise et force après les blancs. Serre Castell qui trébuche dangereusement mais sans mal. Les séries sont rythmées pour des actions de qualité, et Joyko garde ses ficelles. 6 Carmen et retour.

Fourcaten (Boch, N.334).- Meilleur taureau des Ligues Paca 2018. Premiers échanges super rapides, des accélérations, des sauts après l’homme dans l’élan, tient les tourneurs à distance. Coupe parfois le terrain, raccompagne fermement et frappe avec bascule (Benhammou, Bernard). Bref, une belle panoplie de qualités prometteuses comme cette jolie série sur la fin et cette poussée après Castell. Rentre ses ficelles. 5 Carmen et retour.

Saint-Laurentais (Chaballier, N.236, pour 12 minutes).- S’engouffre à la poursuite des blancs, délaissant un peu la sortie du raset. Un peu brouillon parfois mais montre ses capacités en fin de temps par deux tampons d’envergure (Benhammou, I. Benafitou). Rentre une ficelle. 3 Carmen et retour.

Nestou (Saint-Pierre, N.301).- Meilleur taureau des Ligues Occitanie 2018. Toujours dans les planches et plein de volonté, il se propulse dans de belles conclusions (Benhammou, Castell, Bernard 2). Malheureusement il se blesse et doit réintégrer le toril (6e). 3 Carmen et retour.

MARTINE ALIAGA

Course du samedi 23 mars 2019. Niveau Avenir HT. Entrée : ½ arène. Organisateur : CT La Muleta. Président : Richard Sarrouy. Raseteurs droitiers : I. Benafitou, Katiff, Castell, Benhammou. Gauchers : Aliaga, Cugnière-Tourreau, Bernard. Tourneurs : Khaled, Estève, Galibert.

Source : bouvineenligne.fr, par Martine Aliaga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *